DES INTÉGRISTES CHASSÉS DE DEUX VILLAGES

Les villages de Tighozratine et Iguer Amar (département “algérien” de Béjaïa ) prennent la décision de chasser les islamistes radicaux. Ce sont les assemblées de village (système de gouvernance traditionnel ) qui ont prises ces initiatives, estimant que des structures salafistes tentent de prendre le contrôle des mosquées. Pour l’ancien maire de Tinebdar (dont relèvent administrativement Tighozratine et Iguer Amar), Braham Bennadji,”les salafistes visent la mosquée du village et font en sorte de marginaliser les anciens imams qui pratiquent un islam traditionnel modéré. Généralement, la prise de pouvoir du lieu de culte se déroule avec la complicité de la direction des affaires religieuses qui est chargée de la nomination administrative des imams. Nous avons véritablement l’impression que l’administration et des structures satellites du pouvoir encouragent le phénomène salafiste en Kabylie». Braham Bennadji, qui est ausdi un membrs fondateur du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), estime également que l’offensive des salafistes est, en partie à mettre sur le compte du retrait de l’espace social “des partis démocrates et du mouvement associatif”. Et de conclure par un appel à “une véritable prise de conscience de la population, notamment dans les villages qui doivent faire preuve de vigilance”.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *