L’Espagne reconnaît que Josu Urrutikoetxea ne faisait pas partie d’ETA pm

l’Audience nationale espagnole reconnaît que “Josu Urrutikoetxea n’a jamais fait partie d’ETA pm. Il ne peut être accusé d’un attentat revendiqué par cette organisation, et n’a donc aucune relation avec l’attentat perpétré contre l’industriel Luis Hergueta il y a 40 ans.” Ces accusation avait été transmise par l’audience nationale espagnole aux autorités françaises pour obtenir en première instance son extradition. La justice française avait accepté le 6 janvier cette demande des autorités espagnoles, aujourd’hui le dossier est entre les mains de la Cour de cassation.

C’est un rapport de la Guardia civil, qui indique qu’à la date de cet attentat perpétré contre l’industriel, Josu Urrutikoetxea était membre d’ETA militaire, et qu’il n’y avait aucun élément supposant son intégration à ETA politico-militaire. Le rapport précise que depuis la scission entre les deux branches en 1974, Josu Urrutikoetxea resta à ETA militaire.

En conséquence le juge Pedraz indique “que les indices de crime contre Urrutikoetxea donnant lieu à son instruction juridique sont faussés et permettent d’annuler la procédure. “

Josu Urrutikoetxea n’en a pas cependant fini avec la justice française, plusieurs dossiers sont à l’instruction. Ils concernaient des accusations de crimes de lèse humanité en référence à un attentat perpétré en 2006 à l’aéroport de Barajas. Attentat qui avait coûté la vie à deux ressortissants équatoriens.

Actuellement Josu Urrutikoetxea est libre, assigné à résidence à Paris, sous contrôle judiciaire avec port de bracelet électronique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *